Église Saint-Pierre, Shawinigan

Secteur Grand-Mère

Église saint-pierre

Shawinigan

Secteur: Shawinigan
Dénomination: Église Saint-Pierre
Statut juridique: Aucun
Date de construction: En 1929-1930
Courant architectural: Néo-roman
Fonction d'origine: Religieuse
Propriétaire constructeur: Fabrique de la paroisse
Maître d'oeuvre: Ludger Lemieux
Statut du maître d'oeuvre: Architecte
Notes historiques: En 1900-1901, la Fabrique commande les plans d'une église à l'architecte Charles Lafond qui doit être réalisée par les frères Héroux de
Yamachiche. De ce plan, seul le soubassement est réalisé. Par crainte d'endettements, on n'a pas fait construire le reste de l'église. De 1902 à 1930, les fidèles célèbrent la messe dans le soubassement. L'église est finalement construite en 1929-1930 d'après les plans de l'architecte Ludger Lemieux. C'est l'entrepreneur Henri Levasseur qui a eu la charge de la construire. Elle comprend notamment un orgue Casavant datant de 1930, des fresques (1960-1961) et des vitraux (1935, 1958-1959) de Guido Nincheri. Ce dernier est né à Florence et a étudié à l'Académie des Beaux-Arts de cette ville. Il s'installe à Montréal en 1914 où il ouvre son studio. Il a conçu la décoration intérieure de plus d'une soixantaine d'églises au Canada et au États-Unis. Il a notamment réalisé les vitraux (1925-1945) de la Cathédrale de Trois-Rivières. Le maître-autel fut taillé dans un marbre importé d'Italie et réalisé par la maison Nicolas Petrucci de Montréal.
Éléments de valeur patrimoniale:

L’église Saint-Pierre se démarque avantageusement de l’ensemble du patrimoine bâti de Shawinigan. Elle a su préservé son authenticité au fil des années, malgré les quelques modifications qu’elle a subies. Par exemple, le revêtement de certaines parties de ses murs est passé de la brique à la pierre. Elle a, de plus, conservé ses nombreux ornements et saillies : clocher, clocheton, bas-relief, clé d’arc, statue, chambranle et autres qui font d’elle une oeuvre architecturale achevée. Riche de son histoire et de son usage passé, elle présente une valeur patrimoniale supérieure qui mérite d’être préservée.