155, Saint-Laurent (chemin), Shawinigan-Sud

Secteur Grand-Mère

155, saint-Laurent (chemin)

Secteur Shawinigan-Sud

Secteur: Shawinigan-Sud
Dénomination: Maison Adrienne-Choquette
Statut juridique: Aucun
Date de construction: Entre 1915-1918
Courant architectural: Maison cubique
Fonction d'origine: Résidentielle
Propriétaire constructeur: -
Maître d'oeuvre: -
Statut du maître d'oeuvre: -
Notes historiques: Voyant la santé de son épouse Albertine Amyot décliner suite à la naissance de leur fille Adrienne en 1915, le docteur Joseph-Henri Choquette fait construire une résidence d'été sur une terre appartenant à sa femme et située près d'Almaville en bas, sur les bords de la rivière Saint-Maurice, près de la côte qui menait au club de golf. Considéré comme le premier chirurgien de Shawinigan, il déménage à Trois-Rivières en 1920 avec sa famille pour occuper un poste à l'hôpital Saint-Joseph et ouvrir un bureau de consultation. Passionnée par l'écriture, Adrienne Choquette commence à s'adonner à sa passion en publiant des nouvelles et en collaborant, à titre de journaliste, à plusieurs journaux mauriciens et québécois. Dans les années 1930-1940, elle occupe différents postes à la radio, puis publie plusieurs livres. Les problèmes financiers du docteur Choquette l'oblige à se départir de ses biens, dont le domaine, qu'il vend en 1931 à sa fille Rita. Au décès de cette dernière, en 1952, la demeure est léguée à Adrienne et à son frère Roland qui s'en départissent après deux ans en raison de difficultés financières. L'agent d'immeubles Marcel Bouvette achète l'emplacement en 1954 et Adrienne Choquette part s'établir dans la région de Québec. Elle décède en 1973. La maison a donc été construite entre 1915 et 1918, année du décès d'Albertine Amyot pour qui elle avait été construite afin de servir de résidence d'été.
Éléments de valeur patrimoniale:

La valeur patrimoniale supérieure de cette maison repose sur son ancienneté, son histoire, son association avec un personnage important, son style architectural et son authenticité. Il s’agit de la résidence d’été du docteur Joseph-Henri Choquette, premier chirurgien de Shawinigan, qui l’a fait construire entre 1915 et 1918. Sa fille, Adrienne Choquette l’a aussi habitée. Cette dernière est bien connue pour son implication dans la vie culturelle québécoise entre les années 1930 et 1970. La propriété est représentative d’un type de résidences issu de l’architecture vernaculaire américaine, soit la maison cubique ou « Four-square house » diffusé au Canada par les catalogues de plans. La maison possède en outre un bon état d’authenticité et une caractéristique architecturale propre à la région, soit son revêtement en pierre locale qui recouvre plusieurs bâtiments et infrastructures de Grand-Mère et de Shawinigan.